art&vie

Cette rubrique vient du coeur. Elle se nourrit des anfractuosités du quotidien, de mes rêveries, de mon désir d’apprivoiser le moment présent qui, le plus souvent,  glisse, dérive et se dérobe. Je m’inspire aussi de mes déambulations dans la nature et dans la vie. Le dédale de mes lectures, les idées et les façons de voir et d’appréhender la réalité des autres qui se sédimentent et vibrent en mon for intérieur font aussi partie de cette rubrique. Il n’y a pas d’autre but que le partage de se qui résonne et ce qui retentit pour moi sur le chemin sinueux de la transformation. 

 

 

Le chemin de la paix

   

 “ Si nous voulons la paix dans le monde, nous devons avoir le courage d’adoucir ce qui est rigide dans nos coeurs, pour trouver le point faible et y demeurer.  Nous devons avoir ce genre de courage et prendre ce genre de responsabilité. C’est la véritable  pratique de la paix.’’  — Pema Chödrön  (ma traduction)

www.shambhala.org/teachers/pema/

La musique qui rassemble

 

Voici un lien vers un concert jouissif donné  à Sabadell en Espagne en mai 2012 pour souligner le 130 anniversaire de la fondation de Banco Sabadell qui démontre brillamment le pouvoir rassembleur de la musique. Cent musiciens et chanteurs de la Vallès Symphony Orchestra, the Lieder et les chorales Amics de l’Òpera et Coral Belles Arts ont participés à cette performance.

Je remercie Élizabeth Gélinas pour le lien! Réjouissant!

www.youtube.com/watch?v=GBaHPND2QJg

Quand la neige neige


 
 
tout simplement
sous la neige qui tombe

Kobyashi Issa

La créativité et le mythe de l’artiste génie

 

Merci à ma chère amie Thérèse Chabot pour le lien vers une conférence de l’auteure Américaine Elizabeth Gilbert. Elle y discute brillamment de la créativité et du mythe de l’artiste génie. J’ai beaucoup apprécié l’ humour, l’ intelligence, la perspicacité et les talents d’oratrice de Madame Gilbert.

Voici le lien: http://www.ted.com/talks/elizabeth_gilbert_on_genius.html

Le boa qui a avalé un éléphant ou la mère, encore la mère, toujours la mère

 

Cette semaine, on m’a offert une tout nouvelle vision d’un de mes livres préférés que je racontais à mes fils quand ils étaient petits. J’en suis encore ébranlée! Selon Marie-Louise Von Franz, précieuse collaboratrice de Jung, l’univers solitaire du Le Petit Prince, une planète désertique dont la végétation a presque disparu sauf pour un baobab géant qui menace de dévorer celle-ci, traduit la propre solitude intérieure de l’auteur et sa soif de sentiments. Marie-Louise Von Franz démontre comment le baobab géant qui dévore la planète du  Le Petit Prince exprime combien l’auteur et aviateur Antoine de Saint-Exupéry était en fait prisonnier d’un complexe maternel.

Marie-Louise Von Franz a consacré tout… Continuer la lecture

Le chant du Chou Romanesco

 

En allant chercher mon panier bio à la ferme d’André Samson et de Sylviane Tardif aujourd’hui un rang de légumes encore verts a attiré mon attention au champ sous la petite neige. Il s’agissait de Chou Romanesco. Ce légume que je ne connaissais pas du tout arrive à la fin de l’automne et c’est grâce à sa forme raffiné de sapin que le chou Romanesco est couramment appelé chou de Noël . Il est reconnaissable au premier coup d’oeil à sa pomme pointue. Le cou de Romanesco représente une forme fractale. Cette variété de chou-fleur est constituée de fleurettes pyramidales de formes géométriques qui sont disposées en couronne. Oeuvre d’art légumière, le chou de… Continuer la lecture

Les mystérieux animaux de la nuit


Aujourd’ hui, à la suggestion de Julie Dostie, j’ai demandé à certains enfants de deuxième années de l’école Saint-Jacques de me parler des animaux nocturnes qu’ils connaissent. Pendant que nous dormons à point fermés certains animaux vivent leur vie de nuit. Pour stimuler leur imagination je leur ai montré une reproduction de la gravure Le Sommeil de la raison produit des monstres (Caprice 43, 1797-1798) de Francisco De Goya. Cette gravure illustre la nature irrationnelle et fantastique des rêves. Les enfants se sont mis à exécution pour faire la première partie de ce qui deviendra éventuellement un projet d’enfumage avec de la craie de cire et de l’encre de Chine. C’est la parade des papillons de nuit, chouettes,… Continuer la lecture

Huitième Élégie de Duino

 

 
De tous ses yeux la créature 
voit l'Ouvert.  Seuls nos yeux 
sont comme retournés et posés autour d'elle 
tels des pièges pour encercler sa libre issue. 
Ce qui est au-dehors nous ne le connaissons 
que par les yeux de l'animal.  Car dès l'enfance 
on nous retourne et nous contraint à voir l'envers, 
les apparences, non l'ouvert, qui dans la vue 
de l'animal est si profond.  Libre de mort. 
Nous qui ne voyons qu'elle, alors que l'animal 
libre est toujours au-delà de sa fin: 
il va vers Dieu;… Continuer la lecture

The Book of Pilgrimage

 
 
Ich bete wider, du Erlauchter
 
I am praying again, Awesome One.
 
You hear me again, as words
from the depths of me
rush toward you in the wind.
 
I’ve been scattered in pieces,
torn by conflict,
mocked by laughter,
washed down in drink.
 
In alleyways I sweep myself up
out of garbage and broken glass.
With my half-mouth I stammer you,
who are eternal in you symmetry.
I lift to you my half-hands
in wordless beseeching, that… Continuer la lecture

chuchotement du chêne rouge

 

 

C’est le début novembre et le chêne rouge d’Amérique devant notre maison me chuchote qu’il est le dernier feuillu à se dépouiller de ses feuilles ici et que l’automne suit son court. Si on lui permet de vivre sa vie d’arbre jusqu’au bout ce chêne sera encore là dans 200 ans, voir 500 ans dans des conditions optimales ! Pour rendre hommage au chêne boréal et à la créativité des enfants de l’École Saint-Jacques, j’ai fait faire des frottis à… Continuer la lecture